Un camp robotique pour les jeunes entrepreneurs de demain

admin Camp robotique

Une quarantaine d’élèves de cinquième et sixième année participent cette semaine, dans le cadre de la relâche scolaire, à un camp robotique dans les locaux de l’Espace entrepreneuriat région Thetford (E2RT).

Les jeunes ont la chance de découvrir différentes technologies associées à la robotique, soit une construction de LEGA Mindstorms EV3, des programmations de robots Parallax S2, de robots miniatures Ozobot et de drones Mambo. Ils ont donc pu construire et concevoir des véhicules robotisés et les programmer afin qu’ils soient en mesure d’avancer, de reculer et d’effectuer des virages, en plus d’apprendre à utiliser les nombreux capteurs disponibles.

Des conférences au sujet de l’importance de la technologie en entreprise sont également prévus, ainsi qu’une visite de Récupération Frontenac. Notons que les responsables du projet sont Dave Tardif de la Commission scolaire des Appalaches (CSA) et Martin Cloutier du Cégep de Thetford.

«Nous sommes extrêmement fiers en tant qu’organisation qui stimule l’entrepreneuriat d’organiser une telle activité et d’y participer. L’objectif est d’initier les élèves aux méthodes scientifiques. Nous le savons que notre jeunesse a plein de potentiel et on souhaite, à travers une foule d’activités ludiques, les introduire à des concepts de robotique et d’innovation assez avancés. Nous pensons que ce magnifique projet va peut-être créer les futurs entrepreneurs de notre région. C’est ce que l’on espère en tant qu’organisation», a déclaré Frédéric Paré, président et fondateur d’E’Mind Tek, et président de l’E2RT, lors de la conférence de presse lançant les activités de ce premier camp robotique, le lundi 5 mars. Ce dernier a également agi en tant que conférencier durant cette semaine.
«Par mon apport, j’espère démontrer aux jeunes que les domaines de l’automatisation et de la robotique sont très intéressants et remplis de défis palpitants» – Frédéric Paré

Selon le directeur général de la CSA, Jean Roberge, cette activité n’a pas seulement l’objectif de faire découvrir les domaines d’étude du génie. «Un tel camp s’avère une alternative intéressante durant la relâche scolaire pour les jeunes qui ont de l’intérêt pour les technologies, puisqu’il propose une approche ludique. L’apprentissage par le jeu est une méthode qui a fait ses preuves», a-t-il soutenu.

De son côté, le directeur général du Cégep de Thetford, Robert Rousseau, dont l’établissement agit en tant que partenaire du projet, précisait l’importance d’apprendre dans l’action. «C’est beau la théorie, mais on prend des jeunes motivés et on les amène à faire des réalisations concrètent», a-t-il commenté.

Mentionnons qu’une aide financière de 28 548 $ a été accordée par le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec afin de mettre en œuvre cette activité, ce qui représente un peu plus de 75 % du coût total du projet.

Enfin, soulignons que le Défi robotique sera de retour pour une troisième édition au Cégep de Thetford le 6 avril prochain. Plus d’une centaine de jeunes du primaire participeront à ce concours.